Message de Manuel Valls aux Français de l’étranger pour le second tour

Manuel Valls

Mes chers compatriotes,

Une nouvelle campagne a commencé. Samedi et dimanche prochain, vous choisirez par vote électronique celui qui représentera la gauche lors de l’élection présidentielle. Et au fond, vous choisirez entre deux visions de la société.

Le débat qui se poursuit doit nous permettre de bien clarifier ces deux visions, pour que chacun puisse se décider en conscience, en prenant la juste mesure du moment historique qui est devant nous. Historique, pas seulement pour le camp du progrès, mais pour la France et pour tous ses citoyens, qu’ils vivent en France, ou comme vous, à l’étranger.

Je crois que la gauche est belle quand elle gouverne. Elle se trahit quand elle renonce à la dure tâche d’améliorer le quotidien des Français, quand elle fait le choix confortable de proclamer, quand elle promet ce qu’elle sait ne jamais pouvoir tenir. Je n’ai jamais dévié de cette ligne de conduite : semer des illusions trompeuses, c’est toujours récolter des désillusions ravageuses.

Dans ces primaires, je défends une société du travail. Une société qui crée plus d’emplois, en soutenant la compétitivité de nos entreprises, l’investissement dans les secteurs d’avenir, le numérique, la transition énergétique, l’innovation, le soutien à nos start-ups. Je ne crois pas à une « fin du travail » qu’il faudrait compenser par une nouvelle allocation, au coût exorbitant de 350 milliards d’euros, que l’on distribuerait aux plus favorisés comme à ceux qui n’ont rien. Je crois à la rémunération du travail, avec la poursuite de la baisse des impôts pour les classes moyennes et populaires et la défiscalisation des heures supplémentaires.

Je défends une société de l’engagement avec un service civique obligatoire de six mois pour les jeunes femmes et les jeunes hommes. Je veux investir davantage dans l’école, celle qui émancipe et lutte contre les inégalités. Je m’engage à prolonger mes priorités pour la France aux Français de l’étranger.

Notre société a besoin de repères. Je crois à la lutte acharnée contre les violences, la délinquance, contre tous les trafics qui empoisonnent d’abord la vie des habitants de nos quartiers populaires. Je défends la sécurité, les règles et l’ordre républicain.

Face aux poussées communautaristes qui divisent la République, je défends avec force, comme je l’ai toujours fait, la laïcité. Je défends l’égalité, en particulier l’égalité entre les femmes et les hommes.

Je défends un modèle social renouvelé avec un revenu décent garanti en cas de coup dur, un droit à la formation tout au long de la vie, l’augmentation des petites retraites, des soins accessibles à tous, un effort sans précédent pour la santé environnementale.

Je défends et j’incarne une gauche forte, crédible, généreuse et courageuse qui dit la vérité aux Français et qui veut transformer leur quotidien, redonner à chacun la pleine maîtrise de son destin.

Je veux une République forte et une France juste dans une Europe refondée et souveraine, qui prépare l’avenir et protège ses citoyens contre les dérives de la mondialisation ultra-libérale et contre le terrorisme international, qui met l’Afrique au cœur de sa politique étrangère.

Vous qui vivez à l’étranger, vous savez que le monde a besoin d’une France sûre de ses valeurs universelles, capable de tenir son rang pour s’opposer à la montée des populismes nationalistes incarnés aujourd’hui par Trump et Poutine.

Face à l’extrême droite et à une droite dure, libérale et conservatrice, la France a besoin de la gauche. Je ne me résignerai jamais à son effacement. Au contraire, je veux la faire gagner. Dès dimanche prochain. Pour l’emporter le 7 mai.

Rien n’est écrit ! Samedi et dimanche, votez pour faire gagner la gauche.

Manuel VALLS

Votre navigateur est dépassé !

Mettez à jour votre navigateur pour voir ce site internet correctement. Mettre à jour mon navigateur

×