Du congrès de Toulouse à celui de Poitiers, le Bureau National des Adhésions a connu deux présidences successives. Outre ces missions classiques (supervision des créations et dissolutions de sections, validation du corps électoral pour chaque vote interne, traitement des demandes de réintégration), il aura été très fortement sollicité à l’occasion de différents contentieux impactant la composition des corps électoraux à l’occasion des désignations internes, la période 2012-2015 ayant été marquée par une concentration particulièrement élevée d’échéances électorales républicaines et par la préparation du congrès de Poitiers.

Mandature de Pascale Boistard

Le 14 décembre 2012, au lendemain du congrès de Toulouse, candidate à sa succession à la tête de cette instance, Pascale Boistard était reconduite dans ses fonctions lors de la réunion de mise en place du Bureau National des Adhésions..

Afin de conforter l’essor et d’optimiser le fonctionnement de cette instance, la présidente impulsait, dès sa prise de fonctions, la création d’un « bureau restreint » du Bureau National des Adhésions composé à la proportionnelle des motions et chargé de la préparation des dossiers, préalable à chaque réunion. La recension –alors inédite- des président(e)s des Bureaux fédéraux des adhésions a en outre participé au renforcement des relations entre les échelons national et fédéral de ces instances de contrôle. Les président(e)s des Bureaux Fédéraux des Adhésions seront dès lors régulièrement consulté(e)s en amont des délibérations du Bureau National des Adhésions. Ces deux initiatives auront contribué à substituer aux proximités partisanes internes la recherche systématique du consensus au sein de cette instance, toujours dans le respect de nos statuts.

Réuni à cinq reprises entre le 14 décembre 2012 et le 4 juin 2014, le Bureau national des adhésions a mené un travail permanent de veille et d’alerte l’ayant conduit, à plusieurs reprises, à s’auto-saisir et à élargir son répertoire d’actions.

Constatant l’augmentation surprenante des effectifs de certaines section,s à l’approche des votes de désignation pour les élections municipales de mars 2014, le Bureau national des adhésions alertait ainsi, de sa propre initiative, les fédérations concernées. Au-delà, pour parer à toute tentative d’altération des rapports de forces locaux, le BNA décidait -en lien étroit avec la Commission Electorale- la suspension du droit de vote d’un certain nombre d’adhérents de ces sections en y arrêtant le corps électoral à une date antérieure. Afin de pleinement reconnaître l’appartenance au Parti des camarades impactés par cette décision et de réhabiliter les plus sincères dans leur démarche d’adhésion, cette disposition s’est toutefois accompagnée d’autant de campagnes de confirmation des primo-adhésions organisées conjointement entre le Bureau national des adhésions et les Bureaux fédéraux des adhésions concernés.

Conjuguée à l’épisode précédemment décrit, la récurrence des saisines portant sur des mouvements concertés -parfois massifs- de primo-adhésions internet a également conduit le Bureau national des adhésions à affiner ses moyens de détection et à développer une jurisprudence solide en la matière. Ainsi le BNA est-il aujourd’hui plus à même de faire face à ce type de pratiques frauduleuses et d’œuvrer à la délimitation de corps électoraux les plus justes possibles, garants de la sincérité de nos votes internes et, par-là même, du respect de l’expression démocratique de nos militants.

De même le Bureau National des Adhésions a-t-il su renforcer sa présence sur le terrain et endosser, au-delà de son rôle de gestion des contentieux, un véritable rôle de prévention de ces derniers : chaque fois que le contexte local le justifiait, un observateur du Bureau national des adhésions, désigné parmi ses membres, a ainsi été diligenté sur place à l’occasion de certains votes internes.  

Dans le prolongement des engagements déjà formulés au congrès de Reims, le Bureau national des adhésions a mené, en partenariat avec le Secrétariat national aux Fédérations et la Direction des services informatiques, un important travail de réflexion autour des évolutions de notre applicatif de gestion des adhérents, ROSAM. Le développement d’un nouvel outil, plus didactique, davantage adapté aux enjeux contemporains en termes de gestion des adhérents ou d’analyse et de mobilisation politique, et plus à même de répondre au besoins réels des fédérations, est aujourd’hui en bonne voie.

Le Bureau national des adhésions a, enfin, été mis à contribution lorsque, confronté tout au long de l’été 2014 à une vive campagne médiatique alimentée par certains grands titres et sites d’information d’inspiration libérale et visant à attester d’une hémorragie militante, le Secrétariat national aux Fédérations a été amené à démentir par voie de communiqué de presse. 

Nommée Secrétaire d’Etat chargée des Droits des femmes le 26 août 2014 , Pascale Boistard se démettait le jour même de sa fonction de Présidente du Bureau National des Adhésions.

Mandature de Sébastien Podevyn

Le 17 décembre 2014, Sébastien Podevyn accédait à la présidence du Bureau National des Adhésions.

Résolu à poursuivre le développement de cette instance, il reconduisait le principe d’un « bureau restreint » du et lui donnait consigne, dès sa première réunion, de travailler à l’élaboration d’un règlement intérieur du Bureau national des adhésions sur le modèle de ceux dont la Commission nationale des conflits et la Commission nationale de contrôle financier étaient déjà dotées. 

Dès ce moment, face aux lourdes responsabilités qui lui incombaient à quelques encablures du congrès de Poitiers, le Bureau national des adhésions, réuni à cinq reprises, s’est attaché à infléchir certaines de ses procédures dans le sens d’une transparence accrue.

La conduite de l’opération annuelle de mise à jour de nos fichiers par le Bureau national des adhésions (visant à porter en « démission d’office » tout adhérent en retard prolongé de versement de ses cotisations) a ainsi été modifiée afin de respecter au mieux nos statuts, garants de notre vivre ensemble par-delà nos sensibilités. Possibilité a ainsi été laissée à chaque camarade concerné, dûment informé de sa situation, de se mettre à jour de ses cotisations pour pouvoir prendre part aux différents votes du congrès.

Le président du Bureau national des adhésions aura été mobilisé dans sa fonction de médiation tout au long de la période de préparation du congrès, et associé à la Commission nationale de préparation du Congrès à chaque fois que celle-ci l’estimait nécessaire.