Contribution Thématique

EMPLOI TRAVAIL ENTREPRISE

Emploi démocratie participative et entreprises

CONGRES PS JUIN 2015 - CONTRIBUTION THEMATIQUE (4)
« EMPLOI TRAVAIL ENTREPRISE »
Le 21éme siècle nous confronte à toutes les crises de valeurs :
Notre vivre ensemble, La reconnaissance de l’autre, de l’école à l’entreprise
Il est plus que primordial de redéfinir, à tous les échelons, les bases qui font société.
1- Dans les entreprises, en particulier, beaucoup reste à faire, pour que la démocratie participative et l’état de droit progressent; il faut allier l'amélioration des conditions de pénibilité, la productivité, la réduction du temps de travail, la formation et le plein emploi.
2- Partout la confrontation entre le pouvoir patronal et l’ensemble de la classe ouvrière est réelle, le conventionnel ne doit jamais se voir sacrifié.
3- Nous socialistes, avons la volonté de faire du lieu de travail (entreprise de droit privé, administration..) un lieu de vie de la démocratie sociale. Nous pensons en particulier que l'entreprise ne doit pas se regarder uniquement comme un agent économique, mais bien comme une structure sociale à part entière, devant donc répondre à des règles démocratiques. Nous nous devons de répondre à la grande défiance, à notre égard, de la société.
4- Les entreprises, qui délocalisent, qui utilisent les licenciements boursiers, qui recourent excessivement à la sous-traitance et au télétravail hors cadre précis, doivent avoir en face un contre pouvoir fort dans les négociations (également en ce qui concerne les règles relatives à la prévention et celles liées à la richesse de la formation tout au long de la carrière.
5- trop souvent le milieu du travail est un endroit ou le droit d'expression est annihilé sous le poids d'une hiérarchie étouffante. des salariés en sortent broyés (burn out, dépression, suicide..) et les structures ne profitent pas de l'intelligence collective ("Souffrance au travail: vers une réponse collective". Les cahiers du CESC. Parti Socialiste)
6- Face à l’ensemble de ces inquiétudes et de ces menaces, partout en Europe, la France, et plus particulièrement le PS et le PSE doivent répondre aux changements importants de nos sociétés et aux demandes des populations.
7- Dans les entreprises ou les salariés ont des réunions fréquentes avec leur direction pour donner leur avis sur la stratégie à suivre il y a aussi une amélioration de la productivité. (Yann Algan..La fabrique de la défiance)
Les signes d’une politique de gauche doivent se concrétiser dans une plus grande équité et une plus grande justice sociale :
. Par le dialogue et avec la volonté de faire aboutir les négociations à tous les niveaux
. Dans les grands groupes industriels et commerciaux ainsi que, dans la fonction publique, le PS doit pouvoir développer ses propres sections d’entreprises (observatrices indispensables du relais de la politique contractuelle).
En effet, nombre d’accords-cadres ne sont pas efficaces, faute d’un paritarisme abouti et protégé (dans le déploiement de CE-DP-CCE-CHSCT-E)
8- Au sein des conseils d’administrations des groupes, les représentants du personnel qui apportent expertise et expérience de terrain doivent avoir une véritable place d’observation et de proposition, dans l’exercice de leur mandat. Il faut favoriser les négociations par entreprise (par exemple pour l'investissement des fonds du CICE ) et éviter les effets d'aubaine trop souvent constatés.
9- Le rôle des CHSCT-E : (comité d’hygiène de sécurité des conditions de travail et de l’environnement)
Ces comités doivent également, pour les salariés, développer l’intérêt d’une nouvelle croissance écologique bien maitrisée, la moins polluante (dans l’entreprise et pour son environnement)
10- Dans les appels à projets de la nouvelle loi sur la transition énergétique, les entreprises doivent appréhender aussi le rejet des déchets et leurs transformations ; elles doivent s’impliquées également pour que leur plan de formation professionnel comporte des modules sur la maitrise de l’empreinte écologique pour l’ensemble de l'environnement de vie (infranational) et pour l’équilibre de la biodiversité; l'information du salarié concernant son droit d’alerte et de retrait est impérative.
11- Il faut améliorer les outils de communication entre représentants du personnel et salariés, notamment par le biais d'intranet. Avec les CRAM et la CNAM il doit y avoir une véritable incitation fiscale à la réduction de la pénibilité du travail des taux d'accident du travail et de l'absentéisme; par exemple, les accidents du travail dans l'entreprise UPM à 102Helsinki ont baissé de 60% en 2 ans, suite aux applications de ces objectifs et de meilleurs salaires.
12- L’organisation des salariés n’a jamais été aussi indispensable, nous ne pouvons pas admettre du MEDEF son refus de négocier véritablement dans la clarté des intentions. Oser enfin le syndicalisme de masse dans l'ensemble des entreprises, privées comme publiques, afin d'améliorer la représentativité des salariés. Favoriser la formation des élus du personnel et le choix de consultants agréés par eux et par les salariés.
13- C’est un véritable rapport de force qui doit maintenant s’instaurer ; le PS, la Gauche, les forces syndicales, les écologistes doivent tous concourir à la réussite du changement nécessaire qu’annonce notre siècle. Nous devons réussir ensemble, seuls nous ne réussirons pas. Quel sens à le progrès s'il n'est pas fait pour l'humanité.

Contact avec les auteurs de la contribution : raiserg@wanadoo.fr

Les premiers signataires,
Madeleine NGOMBET-BITOO- 16, Gérard Raiser -75, Jean Pierre Guilbert- 75, Philippe Allard- 75, Robert Simon- 75, ...