Motiond newsletter1

Motion D : « La Fabrique, c'est quoi ? »

Retrouvez la newsletter n°1 de la motion D.

La Fabrique, c’est pour l’hebdomadaire « Marianne » la motion qui va créer la surprise. En fait, c’est la motion qui a déjà créé une surprise : 1500 signatures rassemblées en 5 jours, 300 militants venus d’une 50e de départements et réunis un dimanche après-midi en plein milieu des vacances scolaires, enthousiastes et convaincus que le PS peut de nouveau être le parti qui fait envie. Faire envie, c’est retrouver notre capacité à nous unir, à ressembler à la France d’aujourd’hui, à parler concret, à être créatifs pour notre futur commun. La Fabrique, c’est tout cela à la fois : c’est la motion qui, plus que parler du rassemblement, le fait, autour de toutes les sensibilités du PS, de Dominique Bertinotti à Paul Quilès ou Arnaud Leroy, celle qui rassemble les militants de toutes les générations. C’est la motion qui fait la parité intégrale parmi ses porte-parole, c’est la motion du non-cumul des mandats mis en œuvre dès 2012 par ses premiers signataires, c’est la motion du renouveau soucieuse de la diversité des parcours avec des porte-parole régionaux qui ne sont pas des professionnels de la politique, mais qui travaillent ou étudient tout en militant.

Nous le savons tous, l’une des conditions à la réussite du congrès, c’est éviter que le parti ne se coupe en 2. Et il y a aujourd’hui un risque de voir une scission entre les « pro gouvernement » et ceux qui contestent la ligne gouvernementale. Nous considérons qu’il est urgent de ressouder cette unité. Y parvenir, c’est faire 2 choses : accepter que le débat ait lieu dans notre parti et le faire trancher par les militants. Dans cette logique, la Fabrique est la seule motion qui propose d’agir en loyauté à la fois vis-à-vis des militants et du gouvernement : en faisant voter les militants sur les grandes orientations qui nous déchirent depuis 3 ans, en organisant une discussion avec le gouvernement sur la base des positions votées et en soutenant le gouvernement au Parlement.

Réussir le congrès, c’est aussi faire avancer la gauche, c’est se donner les moyens de la faire gagner en 2017. Ça signifie se mettre dès maintenant à l’écriture d’un socle présidentiel pour 2017. C’est le sens de nos 86 propositions. A l’heure du 70ème anniversaire de la sécurité sociale, nous pensons qu’il faut adapter notre protection sociale aux besoins de notre société, en conjuguant une solidarité collective et une émancipation individuelle. Nous proposons par exemple d’accorder les allocations familiales dès le 1er enfant, de créer un vrai service public de maisons de retraite. Nous pensons aussi que pour reprendre la main politique dans la mondialisation, il faut donner à chacune et chacun la possibilité de se former tout au long de la vie. Nous proposons de créer 36 « coupons mensuels de formation ». Nous proposons aussi de consacrer aux chômeurs 1/3 des 34 milliards d’euros destinés chaque année à la formation professionnelle, au lieu des 2% actuels. Ce sont 4 propositions. Il y en a 82 autres à découvrir d’ici au 21 mai. 

Partagez cet article :