Mosa%c3%afque vdef.001 %281%29

Motion D : « Fabrique la République »

La République est notre bien le plus précieux : c'est elle qui nous garantit notre liberté, c'est elle qui nous permet d'atteindre l'égalité, c'est elle qui construit la fraternité et notre vivre ensemble.

La République est notre bien le plus précieux : c'est elle qui nous garantit notre liberté, c'est elle qui nous permet d'atteindre l'égalité, c'est elle qui construit la fraternité et notre vivre ensemble.

La protéger, c'est la faire vivre dans toutes ses composantes. La faire avancer, c'est prendre des risques, être aux avant gardes pour ne jamais se laisser dicter le tempo par des forces d'extrême droite dont le seul objectif est de la faire taire. La faire rayonner, c'est ce que la gauche a toujours fait de l'abolition de la peine de mort au mariage pour tous.

Oui, notre République souffre aujourd'hui. Les dernières élections qui ont placé l'extrême droite devant le Parti socialiste en sont une traduction. C'est pour cela que nous pensons que notre parti doit redoubler d'efforts pour la protéger.

Il y a d'abord la question des élus qui sont les porte-parole de la République. En trois ans, la gauche au pouvoir a fait plus en matière de transparence que tous les gouvernements de la Vème République réunis. Mais parce que le divorce entre les citoyens et leurs représentants est profond comme il ne l'a jamais été, il nous faut être encore plus ambitieux dans l'exemplarité. Notre motion est celle qui va le plus loin : imposons à tout candidat à une élection le dépôt d'un quitus fiscal attestant qu'il ou elle est en règle avec les impôts, donnons la possibilité aux juges de prononcer une inéligibilité à vie pour faits de corruption et abus de bien social, exigeons des membres de la direction du PS une déclaration d'intérêts et de patrimoine.

Unifier la République exige de fortifier ce qui nous permet de vivre ensemble : l'école, l'accès à la santé pour toutes et tous, la lutte sans relâche contre toutes les discriminations, le respect de la laïcité, la culture jamais abandonnée et l'assurance d'une égalité entre citoyens.

Là aussi la Fabrique fait plusieurs propositions novatrices. Pour lutter contre les discriminations, nous proposons la création d'une "class action discrimination" qui permettrait à plusieurs personnes de se regrouper pour faire reconnaître la discrimination dont elles ont souffert. Bien trop souvent les victimes sont isolées et peinent à faire admettre l'injustice qu'elles subissent du fait de leur handicap, sexe, couleur de peau.

Autre volet : la laïcité. La réussir suppose à notre sens deux choses : d'abord que le PS ait une position claire et identifiée sur sa mise en œuvre concrète — ce qu'il n'a pas aujourd'hui — et ensuite que nous nous mobilisons sans relâche dans la lutte contre la ghettoïsation. Pour ce faire, nous pensons qu'il faut multiplier par quatre le budget la politique de la ville.

On ne peut se sentir l'égal de son voisin que si l'on dispose des mêmes droits. C'est toujours la gauche, et elle seule, qui a porté ce combat. Nous proposons que la PMA, aujourd'hui autorisée pour les seules femmes mariées rencontrant des problèmes de stérilité, puisse être accordée à toutes les femmes.

Dans le champ économique, menons la bataille contre toutes les fraudes. Il est insupportable pour nos concitoyens de se dire qu'ils doivent payer pour celles et ceux qui font de l'évasion fiscale. Là aussi La Fabrique est en pointe. Depuis 2012 ses députés ont déposé sans relâche des amendements en loi de finances pour lutter contre l'optimisation fiscale agressive... sans succès jusque-là, faute d'une adhésion collective suffisante. Alors, oui, nous voulons que soient mises en place dans la loi de finances qui sera débattue en septembre 2015 les 15 recommandations de l’OCDE pour lutter contre l'optimisation fiscale. Nous voulons aussi renforcer le statut des lanceurs d'alerte. Nous proposons de lutter contre les paradis fiscaux en taxant leurs exportations vers la France à hauteur du préjudice subi par la dissimulation d'argent.

Réhabiliter l'impôt est une nécessité pour notre République. Cela ne marchera que si chacun comprend que ce qu'il ou elle paie est juste : nous proposons un impôt unique progressif qui remplacerait l'impôt sur le revenu, la CSG, le prélèvement libératoire et la prime pour l'emploi.

Enfin, renforcer la République suppose de la faire vivre dans l'Europe. Depuis le référendum de 2005, le PS n'a pas résolu ses divergences internes. Si on reconnaît à la France son habileté à obtenir quelques inflexions, on reconnaît plus difficilement au PS son incarnation européenne. A minima il faut remettre l'Europe dans le débat, pas seulement une fois tous les 5 ans à l'occasion des élections européennes. Nous proposons de consulter le parlement français pour chaque nouvelle directive. Nous voulons aussi renforcer le sentiment européen via des jumelages de nos sections avec des sections de la Fédération des Français de l'étranger et des sections du PSE.

C'est la République et ses valeurs qui ont fait rayonner la France. Quand elles sont fragilisées, c'est la France entière qui doute et le monde qui s’interroge sur la France. « Fabriquer » la République est un combat de tous les jours pour nous, pour la France et son rayonnement.

Partagez cet article :