Txt  cologie c

Motion C : « Placer les français au cœur de la transition écologique ! »

La nécessité d'aller vers une société économe en énergie et respectueuse de l'environnement est une prise de conscience récente de plus en plus partagée par l'ensemble des français.

La nécessité d'aller vers une société économe en énergie et respectueuse de l'environnement est une prise de conscience récente de plus en plus partagée par l'ensemble des français. Le réchauffement climatique est bien là et il est temps de limiter notre empreinte carbone. Au rythme actuel, les experts du GIEC évoquent une augmentation de la température moyenne de + 4°C en 2060 avec des conséquences désastreuses sur le climat. Il suffit de voir comment le climat en Europe a changé suite à un réchauffement de + 5° en plusieurs milliers d’années pour comprendre l’urgence de la situation.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L’énergie la moins chère restera toujours celle que l’on n’a pas consommée. L’expérience montre qu’en formant les citoyens, on aboutit à des baisses de consommation de l’ordre de 15% dans le parc résidentiel. Ainsi, la motion C préconise d’éduquer activement les adultes comme les enfants à l’école à ces problématiques d’énergétiques. C’est en faisant du citoyen un acteur principal de la transition écologique que l’on sera collectivement  les plus créatifs pour transformer durablement notre société. Il nous faut plus de liens et moins de biens, qui eux-mêmes doivent durer plus longtemps. A ce titre, la motion C propose de combattre l’obsolescence programmée et d’inciter le recyclage. La responsabilisation des entreprises polluantes doit faire l’objet de moins de tolérance.

Cela dit, l’urgence sociale est bien là. Selon l'Observatoire national de la précarité énergétique, 5 millions de foyers, soient 11 millions de nos concitoyens, subissent le mauvais état de leur logement et doivent s’acquitter de factures d'énergie supérieure à la moyenne. La crise économique et la hausse des prix de l’énergie ont aggravé la situation. Il y a désormais urgence à aider les plus démunis à payer leur facture de chauffage. Depuis 2008, le diagnostic de performance énergétique (DPE) doit être annexé à toute promesse de vente et tout acte authentique d’un bien immobilier et l’affichage du DPE sur les annonces immobilières est obligatoire depuis le 1er janvier 2011. Ainsi, au niveau de chaque collectivité territoriale, il est possible de détecter les passoires thermiques, à savoir les logements classés F et G où vivent les plus démunis. Ce sont les logements sur lesquels il faut agir prioritairement pour lancer des actions de rénovation thermique, en collaboration avec les propriétaires et au besoin avec des aides publiques.

L’écologie peut devenir une opportunité pour nombre de nos concitoyens, notamment pour s’attaquer au chômage de masse. Penser global, agir local. Tel est le leitmotiv que nous devons suivre pour réussir notre transition écologique. La France possède la plus grande surface de forêt en Europe et elle n’en tire quasiment aucun bénéfice. Avec de la volonté politique, on pourrait créer une véritable filière bois-énergie en France et coupler l’entretien des forêts à l'utilisation du bois de chauffage afin de répondre au pic de consommation énergétique l’hiver. En développant les infrastructures collectives pour « chauffer les villes au bois », les créations d’emploi ont été estimées à 100 000 postes en 2020. Ces emplois seront essentiellement non délocalisables avec la maîtrise d’outils modernes, d’où un besoin croissant de techniciens supérieurs et de cadres dans une filière d’avenir pour nombre de nos jeunes en difficulté d’insertion.

Les collectivités territoriales doivent s’impliquer davantage dans la transition écologique, qui comprend l’économie verte et ses éco-activités. Le mouvement général de décentralisation et la récente réforme territoriale plaident naturellement en ce sens. La motion C préconise de développer des réseaux d’énergie à l’échelle des collectivités locales. On perd environ 10 GWh d’énergie dans les fils électriques. Ces pertes en ligne représentent à peu près la production énergétique annuelle de la centrale nucléaire de Fessenheim. En multipliant les réseaux locaux d’énergie, on pourrait réduire la distance entre les lieux de production et les lieux de consommation d’énergie, ce qui in fine permettrait de réduire petit à petit le gâchis des pertes en ligne.

Enfin, il faudrait généraliser au sein des collectivités territoriales les sociétés d’économies mixtes, qui se créent ici ou là en France et qui permettent un financement citoyen du développement des énergies renouvelables pour des projets aussi divers que le chauffage de l’eau via la récupération de calories issues des Data Centers. Des initiatives avec des fonds d’investissement citoyen voient également le jour avec la possibilité d’entrée au capital de sociétés développant le parc éolien, les unités de méthanisation, de biogaz ou les toitures photovoltaïques. Il faut encourager ces initiatives en les mettant en avant, car la transition énergétique ne réussira qu'avec les citoyens.