Motion a

Motion A : « Une majorité pour l’éco-socialisme »

Pour avoir un grand congrès, il faut un grand débat, qui porte sur les sujets essentiels. L’écologie est un sujet vital.

Pour avoir un grand congrès, il faut un grand débat, qui porte sur les sujets essentiels. L’écologie est un sujet vital et nous nous félicitons que ce premier dossier de l’Hebdo des Socialistes y soit consacré.

Dans la Charte des Socialistes, initiée par le Premier secrétaire Jean- Christophe Cambadélis et largement adoptée par l’ensemble des militants en décembre dernier, l’écologie vient légitimement se placer au cœur de notre identité. Désormais, nous sommes tous des « éco-socialistes ». Républicain, le Parti socialiste de- vient également écologique.

Il était indispensable que les socialistes reformulent leur conception du progrès face aux immenses défis que sont le réchauffement climatique, le gaspillage des ressources et le recul de la biodiversité. Pour reprendre le triste constat posé dans notre Charte, « la planète atteint un point de non-retour écologique » et à la protection sociale nous nous devions d’ajouter la protection écologique au registre de nos luttes essentielles.

La question écologique s’articule en effet directement avec la définition d’un nouveau modèle de production et de société. Nous en sommes convaincus : le changement climatique appelle un changement de modèle de développement. Motion du renouveau, nous en appelons à un nouveau modèle, éco-socialiste, protecteur et compétitif. La nouvelle croissance doit être respectueuse de l’écosystème, sobre en énergie et en matières premières, créatrice d’emplois, soucieuse des intérêts des générations à venir.

Pour notre motion, l’écologie n’est pas un ornement, c’est un commandement. L’écologie est en effet le premier des dix chantiers de l’égalité qui sont au coeur de notre motion. Ce chantier, le voici: « toute personne a droit à un environnement préservé ». Cette exigence doit permettre de faire vivre l’éco-socialisme à tous les échelons de l’action publique, afin de faire reculer les inégalités énergétiques et environnementales.

Cela passe par le verdissement accru des interventions publiques à destination des entreprises et des collectivités. Nous voulons notamment que la puissance publique encourage les entreprises qui s’en- gagent dans la transition énergétique (isolation, labellisation, certification, formation, éco-conception, relocalisation).

Partant du fait que France possède la deuxième surface maritime au monde, nous prônons également une politique offensive pour la croissance bleue (énergies marines et aquaculture entre autres) qui mobilise industries, universités, laboratoires de recherche, pôles de compétitivité et infrastructures portuaires.

Cette exigence passe aussi par la préservation de la biodiversité de notre beau pays, dont 80 % se trouvent dans les Outremers. Cette exigence nous pousse à encourager la réflexion sur de nouveaux indicateurs de richesse qui vont au-delà du PIB et traduisent notre souci de penser et de soutenir une économie plus qualitative et pas moins productive.

Nous le savons, la question écologique ne trouvera pas de réponse purement nationale. Ainsi, en Europe, nous réaffirmons notre attachement à une taxe carbone aux frontières de l’UE. Dans le même ordre d’idée, nous nous battrons pour une Organisation mondiale de l’environnement (OME) sur le modèle de l’OMC.

Comme le dit le Président de la Ré- publique François Hollande, « nous devons être les soldats de la préservation de la planète ». La Conférence de Paris sur les changements climatiques qui aura lieu du 30 novembre au 15 décembre 2015 est un rendez- vous crucial pour l’éco-socialisme. C’est l’occasion, un an après son inscription dans la Charte de notre identité, de voir imprimer sa marque au réel et au monde. C’est cela le réformisme écologique que nous portons.

Quand nous disons, dans notre motion, que nous voulons la réussite du gouvernement et du Président, bien entendu, nous parlons aussi de la réussite de la conférence Paris Climat 2015. La réussite de cette conférence climat sera la priorité de cette année pour notre majorité.

Promouvoir le primat du politique sur l’économisme, faire prévaloir l’écologie sur le profit, sortir de l’économie du gâchis pour passer à l’économie du circuit, explorer les voies d’un modèle de développement nouveau en tirant les leçons du passé, tout cela ne se fera pas avec des coups de mentons. L’éco-socialisme est une grande ambition qui appelle une majorité forte pour être défendue et concrétisée.

Notre motion veut incarner et rendre possible cette ambition en soutenant aussi le programme d’une « belle alliance » avec les Écologistes. Cette idée d’alliance populaire prend tout son sens sur la question éco- logique et procède de notre volonté d’agir sur la réalité.

Faire le choix de la motion A, c’est faire le choix de l’éco-socialisme qui compte, de l’éco-socialisme en actes. Si vous partagez cette magnifique ambition, si souhaitez être fidèle à votre identité alors rejoignez notre motion et construisons ensemble une grande majorité pour l’éco-socialisme.

Partagez cet article :